La Franc-Maçonnerie est elle une religion ?

Point de vue juridique en Angleterre

Conclusion d'un Tribunal à Londres en 1957

En 1956, la Grande Loge Unie d'Angleterre a demandé une réduction des taux prélevés par l'autorité locale, le Holborn Borough Council, et s'est appuyée sur un statut qui accordait un allègement à toute organisation à but non lucratif "dont les objets principaux sont en rapport avec l'avancement en religion".


Le Tribunal a consulté le Livre des Constitutions, particulièrement l'article "Concernant Dieu et la Religion".


Pour le Tribunal, cet article signifie qu'un maçon n'a pas besoin de pratiquer une religion, mais avoir une croyance en un Etre Supreme et vivre une vie morale, pour rester maçon.


Le tribunal conclura que la Grande Loge Unie d'Angleterre n'est pas une organisation ayant pour objet un avancement en religion.

Extraits des Tribunaux

Cette association a été administrée comme une association caritative pendant plus de trois siècles et le centre nerveux de son administration se trouve dans le bureau de la propriété où, entre autres, se tiennent les réunions des gouverneurs de la propriété et des différents comités des gouverneurs de la propriété.

Annotation validée du Juge président le Tribunal de première instance a Aldous (Roskill J)

Par conséquent, on ne peut pas vraiment commencer à soutenir que l'objet principal de la franc-maçonnerie est de faire avancer la religion, sauf peut-être en disant que la religion peut être avancée par l'exemple aussi bien que par le précepte, de sorte que le spectacle d'un homme menant une vie morale droite puisse persuader les autres de faire de même.


Les requérants n'ont en fait pas avancé cet argument, mais même s'il était accepté, il n'aboutit ici à aucune conclusion utile. Car un homme peut persuader son voisin par l'exemple de mener une bonne vie sans en même temps le conduire à la religion. Et rien dans la constitution, ni, apparemment, dans les preuves présentées à la comité d'appel, ne permet de soutenir l'idée que l'objet principal de la maçonnerie est d'encourager les maçons à sortir dans le monde et, par leur exemple, de conduire les personnes à une religion ou une autre.


Si l'on considère le travail accompli par les organisations qui, il est vrai, ont pour but de faire avancer la religion, le contraste avec la maçonnerie est frappant. Faire progresser la religion signifie la promouvoir, diffuser son message toujours plus largement dans l'humanité, prendre des mesures positives pour soutenir et accroître la croyance religieuse, et ces choses sont faites de diverses manières qui peuvent être décrites de manière compréhensible comme pastorales et missionnaires. Il n'y a rien de comparable à cela dans la maçonnerie, et cela n'est pas dit en guise de critique.


Car la maçonnerie fait vraiment quelque chose de différent. Elle dit à un homme : "quelle que soit votre religion ou votre mode de culte, croyez en un créateur suprême et menez une bonne vie morale". Aussi louable que soit ce précepte, il ne nous semble pas être la même chose que l'avancement de la religion. Il n'y a pas d'instruction religieuse, pas de programme de persuasion des incroyants, pas de supervision religieuse pour veiller à ce que ses membres restent actifs et constants dans les différentes religions qu'ils peuvent professer, pas de célébration de services religieux, pas de travail pastoral ou missionnaire de quelque nature que ce soit.

United Grand Lodge of Ancient Free and Accepted Masons of England -v- Holborn Borough CouncilDonovan J[1957]1 W.L.R. 1080

Mais il s'agit simplement de la manière dont l'objectif de promotion de la maçonnerie est poursuivi ; et par conséquent, lorsque le problème à résoudre est la nature de l'objectif du requérant, de l'objet, il faut trouver quel est l'objectif de l'objet de la maçonnerie lui-même. Toute organisation qui se propose de promouvoir une cause doit, quelle que soit sa taille, disposer d'un office où le travail administratif et clérical nécessaire est effectué. Mais on ne peut pas isoler cela, et dire que le but de l’office est différent de celui de l'organisation elle-même. Ce faisant, on confond la fin avec les moyens. Il n'y a qu'une seule finalité, qui est celle de l'organisation dans son ensemble, bien que les différentes unités qui la composent puissent la réaliser de différentes manières.

United Grand Lodge of Ancient Free and Accepted Masons of England -v- Holborn Borough CouncilDonovan J[1957]1 W.L.R. 1088