Vitrail représentant Hiram entre les deux colonnes du Temple

En mémoire du Frère T.M. Lockwood, FRIBA, en l'Eglise St Jean le Baptiste (Chester, UK)

Par Thierry R. BACHMANN

Carousel imageCarousel image

Ce vitrail est situé dans l'aile nord de l'Eglise anglicane Saint Jean le Baptiste à Chester (UK) et est l'oeuvre de MM. Springley et Hunt, de Lancaster et de Londres, financé par les maîtres bâtisseurs de Chester et du district, et des branches associés (on connait également le cout : £150).

Il s'agit d'un vitrail mémorial en l'honneur d'un notable de la Cité de Chester, Thomas Meakin Lockwood FRIBA (Fellow of Royal Institute of British Architects), Architecte de métier et également Franc-maçon de la GLUA.

La dédicace du vitrail du 28/12/1901 ne laisse aucune ambiguité sur le symbolisme maçonnique volontaire contenu dans ce vitrail.

La présence de symboles maçonniques ou de dédicaces maçonniques au Royaume Uni est très loin d'etre anecdotique, d'une part, la franc-maçonnerie est bien ancrée dans la vie locale, exerçant une part très importante de Bienfaisance auprès des communautés locales (49M£ investies en 2021 via la MCF de la GLUA).

Eléments symbolique à la fois bibliques et maçonniques du Vitrail

La dédicace présente le vitrail ainsi :

  • Hiram de Tyr, Architecte du Temple, grand métallurgiste,

    • debout sur une base architecturale sous un baldaquin couvert (Voute Etoilée, mais on peut également noter le pavé mosaique sous ses pieds, voir meme, peut-etre, un cordon de la veuve avec 2 noeuds, mais cette représentation est absente de la symbolique maçonnique anglosaxonne)

    • à sa main droite un plan du Temple

    • à sa main gauche un compas

  • Les piliers Jachin & Boaz

    • tel que décrit dans 1Rois:7, coulé par ce dernier pour le porche du Temple

    • dessiné à partir du pilier du dessin de Raphael représentant Saint Pierre et Saint Jean guerissant l'infirme et tiré d'un pilier du musée du Vatican déterré sur le site du Temple de Salomon

    • le pilier Boaz est surmonté d'un ange tenant un chandelier à 7 branches

    • le pilier Jachin est surmonté d'un ange tenant un modèle de la mer d'airain souteniue par douze boeufs.

  • Un motto en haut "L'œuvre de chacun sera manifestée, car le jour la fera connaître, car elle sera révélée par le feu, et le feu éprouvera l'œuvre de chacun, quelle qu'elle soit"

  • Une dédicace en bas "A la gloire de Dieu et à la mémoire de Thomas Meakin Lockwood, architecte, de cette cité, décédé le 15 juillet 1900, ce vitrail est dédicacé par la Chester Association of Master Builders et d'autres personnes qui étaient associées à lui dans son travail professionnel."

Non présenté, le vitrail comporte un encadrement de 10 monogrammes trilitères IHS couronnés accompagnés du motto "alleluia"

Concernant la carrière maçonnique du Frère Thomas Meakin Lockwood

Carousel imageCarousel image

Thomas Meakin Lockwood (21/11/1829-15/07/1900) était :

  • Passé Maitre de la Cestrian Lodge n°425 (fondée en 1735, avec une warrant et constitution de la GLUA depuis le 17/12/1834 et 9/01/1835)

  • Passé Zorobabel du Cestrian Chapter of Royal Arch Freemasons n°425

  • Passé Grand Superintendant des travaux provincial du Cheshire

  • Membre de la Loge de Recherche Quatuor Coronati 2076 depuis Mars 1888

Il existe aussi une Loge des Maitres Maçons de la Marque souché à la même Cestrian Lodge, mais rien ne dit que ce Frère en ait été membre.

Sources documentaires

Vous trouverez ici un peu plus d'informations dont j'ai traduit les textes afin de faciliter la lecture aux non-anglophones.

Eloge Funèbre et Dédicace du vitrail

Dans le Cheshire Observer du 28/12/1901

Traduction de l'Eloge funèbre (langue française)

LE REGRETTÉ MR. T. M. LOCKWOOD.

VITRAIL MÉMORIAL.

CÉRÉMONIE DE LA CONSÉCRATION.

Le magnifique vitrail qui a été érigé au coût d'environ 150 £ à la mémoire de feu Mr. T. M. Lockwood, F.R.I.B.A., dans l'église St. Jean le Baptiste, par les maîtres bâtisseurs de Chester et du district, et des branches associées, a été dévoilé à midi lundi, lorsqu'un court service de dédicace a eu lieu dans l'église.

Le défunt a été étroitement associé à St. Jean pendant de nombreuses années, et il était donc éminemment approprié que le mémorial soit placé ici.

Le service était de nature simple, presque privé, et la congrégation se composait uniquement de parents, de représentants du bâtiment et des métiers associés, d'un certain nombre de francs-maçons et d'autres amis. Mme Lockwood (veuve), M. W. T. et Mme Lockwood, et les demoiselles Lockwood étaient présents. Parmi les autres personnes présentes, citons M. Vernon (président de la Master Builders' Association), M. E.J. Warmsley (secrétaire de l'association), le colonel Sherif Roberts, MM. H. Beswick (architecte du comté), W. W. Freeman, Isaac Williams, McLeilan, Haswell, Morton Browne, Vernon, junior, S. Spencer, J. Taylor, J. Mayer (Christleton), J. Mayers (Canal-side), Edwards (Rossett), T. Banks, membres du personnel du bureau, etc.

Le chœur était présent, et le service a commencé par le chant de l'hymne "O God. our help in ages past" après quoi quelques prières, y compris le Lord's Prayer, ont été prononcées par le Révérend H. B. Sherwen. Les psaumes cxxi et cxxii ont été chantés, et l'histoire du travail d'Hiram pour le Temple (1 Rois, vi., 13) a été lue avec pertinence comme leçon.

L'hymne " We have not seen, we cannot see " a ensuite été chanté, et le Révérend chanoine Cooper Scott (vicaire) a demandé à M. W Vernon, en tant que président du comité, de dévoiler le mémorial.

M. Vernon a d'abord parlé de l'honneur d'accomplir la cérémonie et a dit :

"Celui à la mémoire duquel cette fenêtre a été érigée était en effet bien digne de l'expression de respect et d'estime qu'elle ne représente que faiblement. C'était un homme juste et honorable dans tous ses rapports avec ses clients et ceux qu'il employait, et c'est pour moi un souvenir sacré. Ma propre vie est plus riche pour l'avoir connu pendant une période d'environ 30 ans, et pendant la dernière partie de cette période, j'ai eu l'honneur de son amitié et de son estime personelle. Nous sommes tous beaucoup plus pauvres pour la perte d'un homme aussi bon et noble. A la gloire de Dieu et à la mémoire sacrée de celui qui nous manquera longtemps parmi nous, je dévoile maintenant, au nom des maîtres bâtisseurs de Chester et du district et des branches associées, ce petit hommage de leur affection et de leur considération."

M. Vernon a ensuite écarté le rideau et le magnifique mémorial a été révélé. Il est l'œuvre de MM. Springley et Hunt, de Lancaster et de Londres, et est riche en dessins et en couleurs.

Hiram de Tyr, l'architecte du Temple et grand métallurgiste, est debout sur une base architecturale sous un baldaquin couvert. Il tient dans sa main droite un plan du temple et dans sa main gauche un compas. Les piliers situés de part et d'autre sont ceux qu'il a coulés pour le porche du Temple, décrit dans le septième chapitre du premier livre des Rois, et appelé Jachin et Boaz. Ils sont dessinés à partir du pilier du dessin de Raphaël représentant saint Pierre et saint Jean guérissant l'infirme. Le pilier est tiré d'un pilier du musée du Vatican qui a été déterré sur le site du temple de Salomon, et qui est sans aucun doute de la conception d'Hiram. Les chapiteaux décrits dans les Écritures étaient trop élaborés pour l'objectif de la fenêtre commémorative, aussi les piliers sont-ils surmontés d'anges, l'un tenant le chandelier à sept branches et l'autre un modèle de la mer d’airain d'Hiram soutenue par douze bœufs.

L'inscription suivante apparaît : "A la gloire de Dieu et à la mémoire de Thomas Meakin Lockwood, architecte, de cette cité, décédé le 15 juillet 1900, ce vitrail est dédicacé par la Chester Association of Master Builders et d'autres personnes qui étaient associées à lui dans son travail professionnel."

Le dessin comporte quelques emblèmes de la franc-maçonnerie, dont la présence est due à l'association éminente de feu M. Lockwood avec la maçonnerie.

Le Révérend chanoine Cooper Scott, debout au pupitre de lecture, a prononcé une allocution impressionnante et touchante sur les mots suivants, qui, a-t-il mentionné, étaient inscrits sur la fenêtre :

L'œuvre de chacun sera manifestée, car le jour la fera connaître, car elle sera révélée par le feu, et le feu éprouvera l'œuvre de chacun, quelle qu'elle soit. Le chanoine a dit que c'était une bonne devise pour tous les travailleurs et toutes les travailleuses, et celui à la mémoire duquel le vitrail allait être dédié était un travailleur - un travailleur acharné.

La figure centrale du vitrail était une représentation d'Hiram, le chef artisan et architecte employé par Salomon pour ses travaux, un homme possiblement plus doué qu'aucun autre être humain ne l'avait jamais été pour les œuvres d'art. De chaque côté se trouvaient deux piliers, nommés Jachin et Boaz, qu'Hiram avait moulés pour les belles portes du Temple.

On pouvait observer que le visage d'Hiram portait une expression quelque peu anxieuse, presque triste. C'était certainement la véritable expression de celui qui, dans son esprit et dans son âme, avait vu ce qu'il y avait de meilleur, de plus habile et de plus pur, mais qui n'avait pas pu le réaliser. Tout artiste, tout musicien, tout décideur, tout philanthrope cherchant à assurer le bien-être du peuple, tout prêcheur cherchant à faire pénétrer la vérité de Dieu dans le cœur de son peuple, doit connaître quelque chose de ce sentiment qui apporte une certaine tristesse à l'esprit et une certaine réflexion au visage lorsqu'il ressent la médiocrité humaine de ses efforts les meilleurs et les plus sincères. Nous lisons un tel sentiment sur le visage d'Hiram, le grand artisan de Tyr.

L'artiste lui avait dit ( chanoine Scott) que, fier d'être autorisé à placer dans une telle église une œuvre de son art, il n'avait pas ménagé ses efforts. Ils pouvaient bien le croire, car plus ils la regardaient, plus ils la voyaient souvent, plus ils comprenaient qu'il avait donné le meilleur de lui-même dans chaque détail de cette œuvre. Il (le Vicaire) parlait un jour à un artiste à propos des détails, et exprimait l'idée qu'une grande partie des détails, après tout, était presque perdue pour le spectateur ordinaire. "Oui", répondit l'artiste, "c'est vrai, mais l'effet agréable produit sur votre esprit et le plaisir avec lequel vous regardez cette oeuvre d'art encore et encore sont dus aux moindres détails de l'oeuvre, peut-être invisibles pour vous et pour les autres, mais qui ont pourtant un rôle dans la production de cette oeuvre d'art, ce qui est son principal plaisir". Quelle leçon nous avons tirée de cela !

Nous admirons parfois le caractère que nous voyons, nous admirons le caractère ou la noblesse d'intention et le désintéressement d'un homme et son endurance patiente, mais nous ne voyons pas les détails de sa vie, les nombreux petits actes de son abnégation, l'exercice fréquent de la maîtrise de soi, la prière secrète, la peine et la déception silencieuses. Pourtant, ce sont des détails qui, bien qu'invisibles, contribuent à former le caractère et la vie que nous admirons et que nous voulons imiter.

Il lui a été dit qu'un très grand nombre de personnes représentant tous les métiers et toutes les professions en contact avec le travail particulier de l'architecte s'étaient unies pour la présentation de ce mémorial, et qu'elles avaient trouvé là un aspect très agréable du service et du travail de ce jour. Thomas Meakin Lockwood avait de nombreux amis, et un homme qui avait des amis devait se montrer amical.

Ils pourraient considérer sa vie et sa mémoire comme pleines de sympathie et d'intérêt pour ses confrères. Il avait de nombreuses qualifications, des qualifications remarquables, mais pas seulement celles qui lui sont venues par accident ou par simple don de Dieu, mais celles qu'il a lui-même cultivées avec diligence et soin. C'était un homme aux talents littéraires remarquables. Ses amis, dont beaucoup étaient présents ce jour-là, se souviendraient qu'à une certaine époque de l'année, ils recevaient de lui une marque d'estime, non pas simplement une petite chose ramassée, l'œuvre d'un autre, mais un spécimen de son propre travail, de sa propre composition, de sa propre compilation, ou de son choix dans ce livre de poésie qu'il connaissait si intimement.

Et lorsqu'une telle chose prenait soudainement fin, et qu'elle n'était plus reçue, ils comprenaient ce qu'ils avaient eu et ce qu'ils avaient perdu. Et il y avait de nombreuses bénédictions dans cette vie qui n'ont peut-être pas été dûment estimées et valorisées. Cette merveilleuse vieille église était pleine de souvenirs saints, et ils ne pouvaient pas en oublier un.

La veille, c'était l'anniversaire de la mort de leur vieil ami, le bon duc de Westminster, dont l'intérêt était si étroitement lié à ce lieu et qui leur avait donné tant de marques de bonté et de sympathie. Ce jour-là, ils ont dédié le mémorial de celui qui a contribué à la réalisation des projets et des intentions de ce grand protecteur de l'architecture et des autres arts.

Ils ont chéri et remercié Dieu pour la mémoire de tous ceux qui ont quitté cette vie dans sa foi et sa crainte, et dont la vie a été menée dans l'obéissance fidèle à leur appel, qu'il soit élevé ou plus bas, et dont les motifs et les actions ont été purs et désintéressés, et dont les caractères et les mémoires que nous considérons avec valeur, et désiré par l'aide de Dieu à imiter.

L'hymne de clôture était "Let saints on earth in concert sing", après quoi le chanoine Cooper Scott a prononcé les prières de dédicace et lu les lectures.

La prononciation de la bénédiction a clôturé un service impressionnant.

Transcription de l'Eloge funèbre (langue anglaise)

THE LATE MR. T. M. LOCKWOOD.

MEMORIAL WINDOW.

DEDICATION SERVICE

The beautiful stained glass window which has been erected at a cost of about £150 to the memory of the late Mr. T. M. Lockwood, F.R.I.B.A, in St. John the Baptist Church, by the master builders of Chester and district, and kindred branches, was unveiled at noon on Monday, when a short dedication service was held in the church.

The deceased was closely associated with St. John's for many years, and it was therefore eminently fitting that the memorial should be placed here.

The service was of a simple, almost private nature, and the congregation consisted wholly of relatives, representatives of the building and allied trades, a number of Freemasons, and other friends. Mrs. Lockwood (widow), Mr. W. T. and Mrs. Lockwood, and the Misses Lockwood were present. Among others who attended .were Mr. Vernon (chairman of the MasterBuilders'Association), Mr. E.J. Warmsley (secretary of the association), Colonel Sherif Roberts, Messrs. H. Beswick (county architect), W. W. Freeman, Isaac Williams, McLeilan, Haswell, Morton Browne, Vernon, jun., S. Spencer, J. Taylor, J. Mayer (Christleton), J. Mayers (Canal-side), Edwards (Rossett). T. Banks, members of the office staff, etc.

The choir was in attendance, and the service commenced with the singing of the hymn "O God. our help in ages past" after which a few prayers, including the Lord's Payer, were offered by the Rev. H. B. Sherwen. Psalms cxxi and cxxii were sung, and the story of Hiram's work for the Temple (1 Kings, vi., 13) was appropriately read as the lesson.

The hymn "We have not seen, we cannot see" was next sung, and the Rev. Canon Cooper Scott (vicar) then requested Mr. W Vernon, as chairman of the committee, to unveil the memorial.

Mr. Vernon first spoke of the honour of performing the ceremony and said:

"The one to whose memory this window has been erected was indeed well worthy of the expression of respect and esteem it but faintly represents. He was a just and honorable man in all his dealings with both his clients and those employed by him; and this is to me a sacred memory. My own life is the richer for having known him for a period of about 30 years, and during the later part of that time I had the honour of his personal friendship and esteem. We are all much the poorer for the loss of so good and noble a man. To the glory of God and the sacred memory of one we shall long miss among us, I now, on behalf of the master builders of Chester and district and kindred branches, unveil this small tribute of their affection and regard."

Mr. Vernon then drew aside the curtain and the beautiful memorial stood revealed. It is the work of Messrs Springley and Hunt, of Lancaster and London, and is rich in design and colour.

Hiram of Tyre, the architect of the Temple and great metal worker, is standing on an architectural base under a canopied baldachin. He holds in his right hand a plan of the temple and in his left a pair of compasses. The pillars on either side are those which he cast for the porch of the Temple, described in the seventh chapter of the first book of Kings, and called Jachin and Boaz. They are sketched from the pillar in Raphael's cartoon of St. Peter and St. John healing the cripple. The pillar is drawn from one in the Vatican Museum which was dug up on the site of Solomon's Temple, and is undoubtedly of Hiram's design. The chapiters described in the Scriptures were too elaborate for the purpose of the memorial window, so the pillars are surmounted by angels, one holding the seven-branched candlestick and the other a model of Hiram's great laver supported by twelve oxen.

The following inscription appears: "To the glory of God and in memory of Thomas Meakin Lockwood, architect, of this city, who died July 15th, 1900, this window is dedicated by the Chester Association of Master Builders and others who were associated with him in his professional work."

In the design are worked a few Freemasonry emblems, the presence of which are due to the late Mr. Lockwood's prominent association with Masonry.

The Rev. Canon Cooper Scott, standing at the reading-desk, delivered an impressive and touching address on the following words, which, he mentioned, were inscribing on the window:

— "Every man's work shall be made manifest, for the day shall declare it because it shall be revealed by fire, and the fire shall try every man's work of what sort it is. The canon said that was a good motto for every workingman and every working woman, and he to whose memory the window would presently be dedicated was a workingman-a hard-working man.

The central figure of the window was a representation of Hiram, the chief artificer and architect employed by Salomon for his work, a man possible gifted more widely than any other human being had ever been in works of art. On either side were two pillars, named Jachin and Boaz, which Hiram cast for the beautiful gates of the Temple.

They would observe that the face of Hiram wore a somewhat wistfully anxious, almost sad expression. Surely that was the true expression of one who in his mind's eye and in his soul, as it were had seen what was best and ablest and purest, and had not been able to bring it into reality. Every artist, every musician, every ruler, every philantropist seeking the welfare of the people, and every preacher seeking to bring home God's truth to the hearts of his people, must know something of the feeling which brought a certain sadness to the mind and thoughtfulness to the face when he felt the human mediocrisy of his best and truest efforts. Such a bunger we read in the face of Hiram, the great artificer of Tyre.

The artist had told him (Canon Scott) that, proud at being allowed to place in such a church as that some work of his own art, he had spared no pains. They could well believe that, for the longer they looked at it, the oftener they saw it, the better could they understand that he had given of his very best in every minutes detail of that work. He (the Vicar) was speaking once to an artist with regard to detail, and expressed the thought that a great deal of detail after all was almost thrown away so far as was seen by the ordinary spectator. "Yes" replied the artist, "that is true, but the pleasant effect produced upon your mind and the pleasure with which you look upon this work of art again and again is due to the minute detail of the work, unseen perhaps by you arid others, but which yet has a part in the production of that work of art, which is its chief pleasure". What a lesson there was to us in that.

We admired sometimes the character which we saw, we admired the character or the nobility of purpose and unselfishness of a man and his patient endurance, but we did not see the detail of his life, the many little aets of his self-denial, the frequent exercise of self-control, the secret prayer, the silent sorrow and disappointment. Yet those were details which, through unseen, went to make up the character and the life which we admired and desired to imitate.

He was told that a very large number of those representing every, trade and profession which came in contact with the particular work of the architect had united in the presentation of that memorial, and in that they found a very pleasing feature of that day's service and that day's work Thomas Meakin Lockwood had many friends, and a man that had friends must shew himself friendly.

They might think of his life and memory as full of kindly sympathy for and interest in his fellowmen. He had many qualifications, remarkable qualifications, but not only those that came to him by accident or merely by the gift of God, but those which he diligently and carefully cultivated himself. He was a man of remarkable literary talents. His friends, including many there that day, would remember how at a season of the year they received from him a token of his regard, not merely some little thing picked up, the work of another, but some specimen of his own work, his own composition, his own compilation, or his selection from that book of poetry he knew so intimately.

And when such a thing as that came suddenly to an end, and it was received no more, they understood what they had had and what they had lost. And there were many blessings in this life which perhaps were not duly estimated and valued. That wonderful old church was full of hallowed memories, and one they could not forget.

The previous day was the anniversary of the death of their old friend, the good Duke of Westminster, whose interest was so much bound up in that place and who shewed them so many marks of kindness and sympathy. And that day they dedicated the memorial of one who was instrumental in carrying out the designs and intentions of that great patron of architecture, as well as other arts.

They treasured and thanked God for the memory of all those who are departed this life in His Faith and fear, and whose lives had been led in faithful obedience to their calling, whether it be the lofty one or the more lowly, and whose motives and actions had been pure and unselfish, and whose characters and memories we regarded with value, and desired by God's help to imitate.

"Let saints on earth in concert sing" was the closing hymn, after which Canon Cooper Scott offered the dedication prayers and read the collects.

The prononciation of the blessing closed an impressive service.

Rubriques nécrologiques concernant le Frère Thomas Meakin Lockwood

Dans le Cheshire Observer du 15/07/1900

Traduction de la rubrique nécrologique (langue française)

DECES DE MR. T. M. LOCKWOOD.

Nous avons le regret d'annoncer que M. T. M. Lockwood, l'architecte bien connu de cette ville, est décédé à sa résidence, Queen's Park, tôt dimanche matin. M. Lockwood, qui était âgé de 71 ans, avait une santé fragile depuis quelque temps. Il y a peu de temps, il s'est rendu à Douvres pour tenter de se remettre sur pied, mais il n'a tiré aucun bénéfice de ce séjour et a été ramené à Chester.

Le défunt était originaire du Suffolk, mais il résidait à Chester depuis environ un demi-siècle. Il a d'abord été associé à feu M. Penson, architecte de cette cité, puis à MM. Penson et Ritchie, avant de se mettre à son compte. Avant l'inauguration des conseils de comté, M. Lockwood s'est vu confier la quasi-totalité du travail architectural des comtés de Cheshire, Flintshire, Denbighshire et Shropshire. Le défunt était un architecte d'une éminence considérable, et de nombreux bâtiments à Chester témoignent de ses compétences. Parmi ses principales réalisations, citons le palais de justice du château de Chester, le palais de justice et les bâtiments du comté de Shrewsbury, l'hôtel de ville de Newport, l'hôtel de ville d'Oswestry, la restauration de l'hôtel de ville de Chester, le musée et l'école des sciences et des arts de Chester, ainsi que divers bâtiments publics et privés de la ville et du district voisin.

M. Lockwood était également reconnu comme un écrivain fiable sur l'architecture, et il était l'heureux propriétaire d'une excellente bibliothèque d'ouvrages sur l'architecture et l'archéologie. Fervent admirateur de Shakespeare et doté d'une mémoire très persistante, le défunt pouvait citer des extraits du grand poète avec une facilité remarquable, et ses talents de réciteur faisaient qu'il était très demandé lors de divertissements il y a quelques années. Il avait une conversation agréable, était un homme de grande envergure et de bonne humeur, et son décès est sincèrement déploré par un large cercle d'amis.

M. Lockwood s'intéressait vivement à la Free Library et était membre du comité de cette institution. Il était également un franc-maçon éminent, étant un P.M. de la Cestrian Lodge (n° 425), un P.P.G.S.W.K.S. du Cheshire, et un P.Z. du Cestrian Chapter of Royal Arch Freemasons.

La dépouille sera inhumée au cimetière aujourd'hui (mercredi), alors que la première partie du service aura lieu à St. Mary's-without-the-Walls à 12 heures.

Transcription de la rubrique nécrologique (langue anglaise)

DEATH OF MR. T. M. LOCKWOOD.

We regret to announce that Mr. T. M. Lockwood, the well-known architect of this city died at his residence, Queen's Park, early on Sunday morning. Mr. Lockwood, who was in his 71st year, had been in failing health for some time. Not long ago he went to Dover to try to recuperate, but he derived no benefit from the change, and was brought back to Chester.

Deceased was a Suffolk man, but he had resided in Chester for about half a century. He was first associated with the late Mr. Penson, architect, of this city, and afterwards with Messrs. Penson and Ritchie, finally setting up for himself. Prior to the inauguration of the county councils, Mr. Lockwood was entrusted with practically all the county architectural work for Cheshire, Flintshire, Denbighshire, and Shropshire. Deceased was an architect of considerable eminence, and numerous buildings in Chester testify to his skill. Chief among his undertakings were the Law Courts at Chester Castle; the Law Courts and County Buildings, Shrewsbury; Newport Town Hall; Oswestry Town Hall; Chester Town Hall restoration; Chester Museum and School of Science and Art, and various public and domestic buildings both in the city and the neighbouring district.

Mr. Lockwood was also recognised as a reliable writer on architecture, and he was the proud owner of an excellent library of works on architecture and archeology. An ardent admirer of Shakespeare, and possessing a most retentive memory, deceased could quote from the great poet with remarkable facility, and his ability as a reciter caused him to be in great demand at entertainments a few years ago. He was a genial conversationalist, a man of wide attainmente, and kind disposition, and his death is sincerely mourned by a wide circle of friends.

Mr. Lockwood took a keen interest in the Free Library, and was a member of the committee of that institution. He was also a prominent Freemason, being a P.M. of the Cestrian Lodge (No. 425), a P.P.G.S. of the W.K.S. of Cheshire, and a P.Z. of the Cestrian Chapter of Royal Arch Freemasons.

The remains will be interred at the cemetery today (Wednesday), when the first part of the service will be held at St. Mary's-without-the-Walls at 12 o'clock.

Dans Ars Quatuor Coronatorum volume XIII (1900)

Traduction de la rubrique nécrologique (langue française)

Thomas Meakin Lockwood, F.R.I.B.A., de Chester, le 15 juillet, à l'âge de 70 ans.

Le Fr. Lockwood était non seulement bien connu dans sa profession, mais il a été un membre actif de l'Ordre pendant un grand nombre d'années, et a occupé un rang provincial à Chester.

Ses capacités littéraires étaient considérables, bien que nous ne sachions pas qu'il ait jamais publié un ouvrage d'importance.

Mais il avait l'habitude d'envoyer chaque année à ses amis une carte de Noël, conçue par lui-même, et comprenant quelques strophes de poésie authentique, des idées exquises exprimées avec charme.

Il a rejoint notre Cercle en mars 1888.

Transcription de la rubrique nécrologique (langue anglaise)

Thomas Meakin Lockwood,F.R.I.B.A., of Chester, on the l5th July, aged 70.

Bro. Lockwood was not only well known in his profession, but an active member of the Craft for a great number of years, and held Provincial rank in Chester.

His literary ability was considerable, although we are not. aware that he ever published any work of importance.

But he was in the habit of sending a Christmas card to his friends annually, designed by himself, and comprising a few stanzas of genuine poetry, exquisite ideas charmingly expressed.

He joined our Circle in March 1888.