Préjugés fréquents concernant la Franc-Maçonnerie

par Thierry R. BACHMANN

Il existe nombre de florilèges et légendes persistant encore et encore trop fréquents sur la Franc-Maçonnerie, aussi bien dans ce qu'elle est généralement, voir sur les spécificités françaises.

Voici ici, quelques rétablissements de la réalité maçonnique vécu en loge.

La Franc-Maçonnerie est une société secrète

La Franc-Maçonnerie n'a jamais été stricto-sensu une société secrète, dès son organisation en Grande Loge au XVIIIe siècle, les franc-maçons étaient cités dans les médias locaux, et ils organisaient des processions publiques.

La Franc-Maçonnerie est par contre une "Société à Secrets", leurs cérémonies comportant des (faux) secrets liés à leurs Traditions, mais dont les secrets sont depuis 300 ans largement divulgués dans des ouvrages disponibles en libre accès dans les bibliothèques et librairies numériques ou physiques.

Des Franc-Maçons et Loges peuvent préférer une discrétion, soit d'appartenance, ou de discrétion, mais c'est lié à l'Histoire, par exemple due à la Seconde Guerre Mondiale.

La Franc-Maçonnerie est dirigée par les hommes les plus puissants du Monde

On dit même qu'elle dirigerait les gouvernements avec un "Nouvel Ordre Mondial"...

La Franc-Maçonnerie n'est pas une organisation fraternelle mondiale gouvernée par un organe central.

Toutes les obédiences maçonniques sont indépendantes et gouvernées par elles seules. Certaines sont composées de loges dans un seul pays, quelques autres ont des loges réparties dans plusieurs pays.

Elles ont entre elles des accords fraternels de "reconnaissance mutuelle" facilitant ou permettant que leurs membres visitent mutuellement leurs loges respectives, de partager leurs locaux maçonniques, ou encore d'échanger des informations administratives concernant leurs membres (mobilité, litiges, etc).

Ironiquement, peu importe ce que peuvent décider les obédiences via leurs Conseils d'Administration et leurs Assemblées Générales, les franc-maçons eux-mêmes sont libres de se fréquenter en dehors des réunions maçonniques, en dépit d'interdiction dite "d'intervisite". Toutes les obédiences sont soumises aux lois de leur pays.

La Franc-Maçonnerie permet de devenir riche

Non, on n'obtient aucun gain matériel ou monétaire en devenant franc-maçon. Au contraire, la démarche maçonnique occasionne des frais annuels, des déplacements, etc.

Parmi ses éthos, la Franc-Maçonnerie pratique la Bienfaisance, dont peuvent bénéficier des franc-maçons en situation de détresse économique, de santé. Mais en aucun cas la Franc-Maçonnerie a pour objectif d'enrichir le patrimoine de ses membres.

A titre indicatif, les cotisations annuelles dans une obédience et loge maçonnique sont de l'ordre de 430€ à 1000€ par an.

La Franc-Maçonnerie permet de réussir dans les affaires

La Franc-Maçonnerie permet de se faire des contacts, bien entendu, peut-être même avec des personnes ayant des activités professionnelles ou politiques connexes aux siens. Elle est l'un des réseaux sociaux les plus anciens.

Mais il est complètement illusoire de croire qu'on signera des contrats, qu'on obtiendra des emplois prioritaires, ou qu'on ne connaîtra pas le chômage par le fait d'être franc-maçon.

Il existe des franc-maçons au chômage longue durée, ayant été contraints de fermer leur entreprise, ou encore n'ayant pas eu de carrière professionnelle significative.

Il existe aussi des franc-maçons ayant eu un grand succès professionnel, une carrière extraordinaire, mais il s'agit de leur mérite par leur travail, leur talents.

Il y a bien sûr, comme toute organisation humaine, imparfaite et perfectible, des ayant utilisés les réseaux maçonniques pour des intérêts personnels, parfois même menant des activités illégales (appels d'offre biaisés, délits d'initié, arnaques en bande organisées). Mais il s'agit d'une très grande minorité faisant le chou gras des médias en quête de marronniers ou de "pute-à-cliques". On y aurait environ 180 000 franc-maçons et franc-maçonnes en France. Il est illusoire de croire qu'aucune loge n'a de personnes au code de moralité douteux parmi ses membres. Comme il est illusoire de croire qu'une seule obédience réunirait à elle seule tous ces personnes douteuses.

La Franc-Maçonnerie est un Culte

La Franc-Maçonnerie n'est pas un Culte, et ne se substitue pas à elle. Elle a des membres ayant des confessions différentes.

Dans la plupart des obédiences dans le monde, il est impératif pour devenir et rester membre, de croire en l'immortalité de l'âme et en un "Etre Suprême" (un D.ieu, plusieurs D.ieux, en l'esprit de la Nature, aux esprits, en un grand horloger, etc). Mais dans d'autres, un athée ou agnostique peut parfaitement être franc-maçon.

Les Rites Maçonniques, et leurs Cérémonies Ritualisés prennent parmi leurs substrats, des éléments tirés de la Bible, afin d'en extraire des allégories morales.

La Franc-Maçonnerie est anti-religieuse et veut détruire les Religions

La Franc-Maçonnerie n'est pas l'ennemi des Religions.

La culture anti-cléricale qu'on peut connaître parmi certains franc-maçons, certaines loges et certaines obédiences est spécifiquement liée aux relations très conflictuelles avec l'Eglise Catholique Apostolique et Romaine.

L'anti-cléricalisme n'est pas à proprement anti-religieuse, mais opposée à ce qu'une organisation cultuelle contrôle les lois d'un pays. C'est le Pacte Sociale choisi par exemple en France avec la Loi de 1905 de "Séparation des Eglises et de l'Etat".

Dans certains pays :

  • Des Franc-Maçons vont à leurs lieux de culte, parfois en portant les insignes maçonniques ou non
  • Des Franc-Maçons participent es qualité aux grandes commémorations, parfois en partenariat ou bonnes ententes entre Responsables Religieux, Civiques, Maçonniques locaux ou nationaux

L'exemple, peut-être le plus symptomatique concerne le Royaume Uni, où est née la Franc-Maçonnerie ; où la Grande Loge Unie d'Angleterre a pour Grand Chapelain, un membre ordonné de l'Eglise d'Angleterre, parfois un Archevêque.

Dans la plupart des obédiences dans le monde, il est impératif pour devenir et rester membre, de croire en l'immortalité de l'âme et en un "Etre Suprême" (un D.ieu, plusieurs D.ieux, en l'esprit de la Nature, aux esprits, en un grand horloger, etc).

La Franc-Maçonnerie pratique des cérémonies satanistes, homosexuelles et même pédophiles

La Franc-Maçonnerie n'est pas un Culte, elle ne se substitue pas à elle non plus.

Elle a parmi ses substrats culturels, des emprunts aux éléments religieux judéo-chrétienne. Il n'y a de fait aucune pratique de type sataniste, pédophile, homosexuelle ou de sorcellerie.

Ses cérémonies ritualisées sont des voyages allégoriques à travers la Bible, par exemple :

  • au trois premiers degrés autour du Métier du Maçon Tailleur de Pierre et de la construction du Temple du Roi Salomon
  • dans des degrés au delà de la Maîtrise, des allégories autour de la Chevalerie par exemple.

Il faut être parrainé pour candidater une entrée en Franc-Maçonnerie

En France, il n'est plus nécessaire d'avoir un parrain ou plusieurs parrains avant d'envoyer sa demande par écrit. Mais cela peut être le cas dans d'autres pays, selon leurs usages et cultures spécifiques.

Il y a également une incompréhension avec le terme de "parrain", souvent associé à une notion de lien familial, de cercle restreint de privilégiés. Même auprès des franc-maçons, cette appellation est parfois confondue.

Ce terme de "parrain" est une transposition des termes anglais : "proposer" et "seconder". C'est à dire celui, ou ceux qui propose la candidature d'un membre. Mais le candidat n'était pas forcément connu de ces personnes avant qu'il ne sollicite l'entrée dans une loge maçonnique. Simplement, le "proposer", voir "seconder" ont rencontré le candidat, et ont signés la candidature.

On retrouve cette pratique dans l'histoire des clubs de gentlemen. Par exemple, à la Cité de Londres, des Vénérables Compagnies ("Worshipful Companies" ou "Liveries"), ayant pour certaines plus de 800 ans d'histoire ; organise une ou plusieurs journée de rencontre. L'occasion pour des candidats ne connaissant pas au préalable des membres de l'Organisation, d'en rencontrer afin d'obtenir (ou non d'ailleurs) la signature d'un "Proposer" et d'un "Seconder", nécessaire afin de devenir membre de l'Organisation ciblée.

Une sollicitation d'entrée en Franc-Maçonnerie par candidature libre sera étudiée avec le même égard qu'une sollicitation par l'intermédiaire d'un parrainage préalable d'un membre d'une loge maçonnique.